Je ne connais pas d'animaux plus nobles
Nous , chats de maison , nous savons ce que nous avons à faire , nous savons ce que nous voulons , nous savons garder notre dignité , notre amour-propre et notre liberté .
Pas de courses folles et inutiles comme ces chiens stupides .Non !
Nous ne bougeons que lorsque c'est absolument nécessaire et alors , nous le faispns avec prestance , élégance , pondération , la queue dressée
Pas d'aboiements chez nous , non Madame , nous savons quand et comment donner de la voix
Et surtout , nous ne nous abaissons pas à lécher les mains des humains ; nous avons mieux à faire .
Aka H.E Mario Gibson Barboza
1918-2007
" Ambassadeur brésilien à la cour de St Jacques "
( quand on lui demanda de choisir l'animal dans lequel il aimerait être réincarné )

dimanche 14 août 2016

L'adieu au chat , Aristote


Toujours étonné et très  attentif  dans ta vie de tous les jours 
  Au printemps de cette année,   tu étais ,  dans ta 15 ème année 
Souvent ...ailleurs , rêveur 

Heureux toujours 

De mon atelier lové dans mes tissus par la fenêtre tu regardais passer les écureuils , c'était un jeu n'est-pas ?

Tu portais un regard curieux sur tout 
Tu aimais intégrer tous nos gestes et codes de vie , membre de la famille tu l'étais 

Les jours heureux et  tranquilles ...


Tes petites joies devant l'ordi , un monde en miniature qui ne s'agitait que pour toi :)

La chaleur du papier n'avait pas d'égal à tes  rêveries lorsque doucement je te parlais de choses et d'autres  

La douceur des peluches ;)

La découverte de la Provence 


Pose photo avec  tes frères Hemingway et Sisley 
Au jardin en Bretagne , les jours de tonte , et les jours de tonte étaient très nombreux ,  il faut dire que la Bretagne était pluvieuse  mais ... tu aimais la pluie ....

Se cacher dans les tas d'herbe tu y excellais avec ton complice Virgile 
Tu aimais y jouer ..ici tu avais à peine 2 ans 
Et puis les jardinières vides étaient bien utiles pour jouer à cache-cache 

Les siestes devant l'ordi les yeux grands ouverts pour mieux  rêver éveillé 

En Provence à l'ombre d'un volet avec Sisley ton frère préféré car aussi doux que toi 

A quoi pensais-tu ?

Ton coffre d'osier garni de ton  tapis fétiche 

Ah ! les longues heures de patience dans mon atelier patchwork , pour enfin avec tes frères partir faire de longues balades  
Lorsque tu vivais en  Bretagne  ces petits plaisirs étaient possibles car nous habitions au milieu de nul part , et vos terrains étaient sans limites , sans intrus 

Là , je te demandais de poser pour moi 
Lointain  souvent  ...

Attente toujours trop longue , lorsque pour quelques jours  ou seulement quelques heures , nous partions 

Tu aimais me donner un coup de patte pour tracer mes chemins de rando , j'aurais tant aimé les faire avec toi 

Tu étais un chat magnifique 

Inutile de vouloir griffonner quoique ce soit lorsque bien décidé , tu monopolisais le bureau pour te reposer confortablement sous notre regard bienveillant et aimant .

Un aide cuisinier hors pair ;)
Ta rencontre avec Sacha ! de suite elle t'adopta comme nouvelle maman :) tu as aimé relever le défi .

Tu lui tenais compagnie avec beaucoup de tendresse lorsque que future maman elle attendait ses petits 
Très rapidement elle te confia ses petits lorsque ,  épuisée ,  par sa marmaille elle  partait  se changer les idées 

Tu était curieux de tout !
Les siestes au soleil !

 La planche à repasser devenue l'un de tes domaines de prédilection 

J'avais à l'étranger acheté du tissu japonais pour te faire un coussin  , tu avais aimé  de suite ce présent ainsi que la douceur  de ce dernier 



C'était il y a un an , dans l'un de tes coins favoris 

C'était deux heures avant que tu nous quittes pour un lieu sans douleur , un paradis pour chats , je veux le croire pour que le chagrin qui me ronge s'apaise rien qu'un peu  ,tu t'es endormi dans mes bras , je t'ai dis tout bas , que je t'aimais ,  maintenant je te sais   près de Virgile ,Foujita , Topaze ,  Minou-Caruso et Fifo tes amis de toujours 
Adieu , je ne saurai le dire ni le penser , une partie de toi reste avec moi , avec nous 

Tu auras illuminé  nos  quinze années passés ensemble , je sais que chaque minute passée en ta compagnie n' aura été également pour toi , que du  bonheur et que ce bonheur t'aura également porté a être un chat heureux et comblé .
Tu étais triste lorsque tu me voyais partir avec sac à  dos et bâtons , mais il y a une rando que tu feras avec moi , tu vois ce chemin , tous les deux rien que nous deux , nous le prendrons et nous marcherons ensemble , nous irons le plus haut possible et là je te laisserai partir ,   je disperserai tes cendres  au coeur des alpages , en compagnie des marmottes , mouflons , chamois et certainement quelques oiseaux et papillons qui viendront te surprendre au coeur de tes rêves , et , toi ,  l'amoureux des fleurs , au printemps  , tu te réveilleras au milieu des tulipes et   pivoines sauvages , narcisses ....très souvent et en toutes saisons ,  ton lieu de repos , deviendra mon but  à venir , vers ce  havre de Paix , pour  te chuchoter la vie d'en bas



Nous t'aimons ,ce sentiment restera toujours présent  dans nos pensées et nos coeurs , repose en paix , Aristote 
Sacha et Jean-Pierre 
Diaporama de toi et de tes frères 

17 commentaires:

  1. Comme tu en parles bien! Je sais que dire qu'il a eu une belle vie n'atténue pas la peine, mais je le dis quand même.....

    RépondreSupprimer
  2. Sacha, combien je peux comprendre ton chagrin, et ces mots magnifiques que tu as trouvé pour parler de cette perte incommensurable, celle d'Aristote dont la présence imprégnait indubitablement tous tes blogs, comme s'il les signait avec toi ! Je voulais déjà te le dire hier, sur Le Journal gourmand, mais je n'ai pas pu poster de com. (?). Cher Aristote, tu manqueras à tes amis bipèdes, à nous tous qui t'avons connu et aimé à travers cette toile tellement magique que, parfois, il nous arrive de la traverser pour éprouver ses sentiments qu'on ne connaît que dans la vie de tous les jours, qu'on a envie de partager avec ceux qui nous sont précieux pour avancer. Aujourd'hui, je comprends ta Sacha qui veut tout arrêter, comme je l'ai fait aussi lorsque mon cher Zeb m'a laissée sur le chemin des blogs toute seule. A l'inverse de ta Sacha qui t'aime tant en moins égoïste que moi, je n'ai jamais pu me résigner à ce jour à me séparer de lui, il est toujours là, à côté de moi, sur le coin de mon bureau qu'il aimait tant squatter pour écrire avec moi les billets de "son" blog... Peut-être, en te lisant Sacha, prendrais-je ce courage à deux mains, bientôt, pour une ultime balade avec lui, non dans les alpages comme toi et Aristote, mais sur ce sentier des douaniers qui longe désormais mon lieu de vie, qu'il ne connaît pas mais où j'aurais tant voulu marcher avec lui sur mes talons. Ainsi, je pourrai le voir de mes fenêtres, surfant sur la mer avec sa bonne humeur égale à ses facéties quodidiennes qui faisaient mon bonheur quotidien. Sept ans déjà, et pas un seul instant de ma vie où je ne pense à lui... Alors, Aristote, je ne me fais pas de souci : au-delà de cette séparation physique, jamais tu ne seras encore plus vivant qu'aujourd'hui car on n'est jamais mort que lorsque plus personne ne pense à nous. Sacha, je suis de tout cœur avec toi en cet instant sensible où tu as su trouver tous les mots les plus délicats pour exprimer ce bel amour de chat...
    Colibri

    RépondreSupprimer
  3. Je suis triste pour toi ma chère Sacha, je sais combien c'est douloureux cet adieu avec notre petit ami ! Quel beau billet tu lui consacres et comme va être dur ce moment où tu abandonneras au vent ces petites cendres. Mais il sera bon de venir lui parler dans l'immensité de ce beau paysage. Je suis de tout coeur avec toi et je t'embrasse
    Danielle

    RépondreSupprimer
  4. Comme je te comprends Sacha......nous avons toutes les deux cette passion des chats....j'ai tellement pleuré mes deux dernières minettes que j'ai décidé de ne plus en avoir....et pourtant leur câlin, leur ronronnement me manquent terriblement.....je ne peux m'empêcher lors de mes randonnées de m'arrêter lorsque je rencontre des chats.....de les caresser si je peux....de les photographier
    Les chats m'ont donné tellement de bonheur, de douceur dans ma vie, que chacun a une place dans mon cœur.....Teady, Gastounet, Hendy, Marguerite et Ninon.....chacun avec leur caractère.....
    Quand Marguerite (chatte exceptionnelle par son intelligence, sa malice, sa façon de décoder mon humeur) nous a quittée.......j'ai eu l'impression que ma vie s'arrêtait .....je pense à elle très souvent.....Ninon à tout fait pour me faire oublier son absence....
    Bon courage Sacha .....je t'embrasse et fais des câlins aux orphelins..����❤️❤️

    RépondreSupprimer
  5. Adieu Aristote.
    Tu as été aimé toute ta vie, tu le seras encore de l'autre côté du pont.
    Je t'embrasse bien fort Sacha et je partage ta peine.

    RépondreSupprimer
  6. Une douce pensée pour vous, Aristote et vos jolis petits poilus. Beaucoup d'émotion à la lecture de votre billet.

    RépondreSupprimer
  7. J'en ai les larmes aux yeux. Quel beau chat, quelle élégance! C'est Zébulon qui m'a amenée ici, lui aussi je l'adorais...

    Courage!

    Biz,
    lulu

    RépondreSupprimer
  8. Bonjour Sacha,
    Je t'avais mis un commentaire, mais je ne le vois pas....
    Peut être que tu es trop triste pour venir sur ton blog...ce que je peux comprendre....
    Je te fais de gros bisous et des câlins à distribuer généreusement à tes minets
    Calouet

    RépondreSupprimer
  9. Merci à tous pour vos délicats et doux témoignages d'affection envers Aristote , tous ici , avons malheureusement connu , ces séparations douloureuses , je crois qu'avec le temps s' atténue le chagrin mais le vide reste comme une épine fichée au plus profond de nous , Colibri , je serai pour un temps encore égoïste , le temps de faire mon deuil , puis je le laisserai partir , au coeur du massif des Monges, là-haut tout est paisible , seul le vent tutoie les torrents d'eau vive et les cimes aux arrêtes douces , seuls les troupeaux passent en silence ainsi que les amoureux des grands espaces préservés
    Bise à tous , Colibri dont les mots apaisent toujours , Calouet si douce , Danielle pour sa douce pensée ainsi que Babeth , Lulu et Mireille , Hubert délicieux ami de la blogo , et anonyme .

    Sacha

    RépondreSupprimer
  10. Arrivo un po' tardi a causa dei miei problemi di salute. Anche noi abbiamo perso uno dei nostri (Mirò) ma non me la sento di fare un enorme omaggio come tu hai fatto. Abbiamo centinaia di foto della sua esistenza, ma penso che sia ancora tra noi e non mi decido quindi a pubblicarle. Gli altri, come vanno ? I nostri, ogni tanto, lo cercano ma sarà come per gli umani, un po' alla volta lo dimenticheranno. Un gattesco abbraccio e buon WE.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Elio ,
      Je suis sincèrement triste pour la disparition du petit Miro , ce sont des moments douloureux lorsque nos petits compagnons nous quittent , toutes mes pensées vont vers vous .
      Bonne semaine à vous , Elio
      Bises
      Sacha

      Supprimer
  11. Ayant délaissé trop longtemps la lecture de bien des blogs, je ne prends connaissance de ce billet qu'aujourd'hui. Trois mois après cette perte immense, j'imagine que ta peine est encore tenace. Je t'envoie donc mes pensées les plus chaleureuse pour tenter de l'adoucir un tout petit peu.
    L'hommage que tu rends ici à Aristote est magnifique comme il était lui-même. Il vous a apporté autant de bonheur que vous lui en avez donné et je suis sûre que son souvenir vous réchauffera toujours le coeur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci douce Ciorane , ton commentaire me touche beaucoup avec le temps le chagrin s'apaise , mais il suffit de parfois d'un détail pour que les larmes me submergent .
      Bises
      Sacha

      Supprimer
  12. Torno per ringraziarti della tua visita oltre che per la risposta al mio precedente intervento. Peccato che tu pubblichi poco perché vorrei ammirare più sovente i tuoi gatti. Un amichevole abbraccio.

    RépondreSupprimer
  13. Adieu, Aristote.
    Ce n'est pas un reportage, c'est le déroulé de sa vie. Un véritable hommage au petit compagnon disparu. Je comprends ton chagrin et Aristote te suivra longtemps dans tes pensées.
    Chez nous, notre chat noir aux yeux d'or, s'appelle Zao. Rescapé de la SPA, il a vu mourir trois compagnons,en quelques mois : Maé, Kaya et le chien Baboon.Nous avons vu sa peine, semblable à la nôtre, semblable à la vôtre.
    Tu lui auras,néanmoins offert une très belle vie. Je t'embrasse bien amicalement.

    Roger

    RépondreSupprimer
  14. Sacha, sono tornato per dirti di non aver compreso in precedenza che il post era dedicato al decesso di Aristote. Sono stato troppo preso dalle foto e non avevo letto il testo. Oggi, con più calma, le ho riviste tutte con un nodo in gola perché ho ripensato anche al nostro Mirò. Chissà, forse si saranno incontrati dell'altra parte dello specchio. Recentementa anche Frida ha avuto qualche problema ma ora sembra ne stia sortendo. Un caro saluto e buona settimana.

    RépondreSupprimer